Nous avons interviewé Maxime Le Cerf, community manager spécialisé dans les évènements musicaux et qui utilise Snapchat notamment pour le festival du Printemps de Bourges. Il nous explique en détail l’utilisation des réseaux sociaux par un festival de musique, le type d’animation en fonction des réseaux sociaux et la différence de ligne éditoriale et de ton.

 

Maxime est community manager et chargé de communication indépendant dans le milieu musical (Panoramas, Le Printemps de Bourges, La Route du Rock, la Blogothèque ou encore les Transmusicales…). Il est dans le secteur de la musique depuis ses débuts en 2011. Il est basé à Paris.

crédit photo: Mathieu Foucher

 

 

Quels sont les réseaux sociaux utilisés pour les festivals ?

Le combo de base est Facebook Instagram et Twitter car ce sont les 3 principaux et ils sont complémentaires, ensuite cela dépend du public, pour Panoramas et le Printemps de Bourges j’utilise Snapchat depuis 1 an car le public est beaucoup plus jeune. Cette année nous avons d’ailleurs une programmation hip hop et électro renforcée sur le Printemps de Bourges qui attire un public de 16-25 ans, est bien plus à-même d’être sur Snapchat.

Ce réseau ne marcherait pas du tout pour la Route du Rock par exemple qui a un public entre 25 et 40 ans.

 

Est-ce que le choix des réseaux sociaux t’est imposé par tes clients ?

Non pas du tout, j’ai la chance d’avoir des équipes qui ont une confiance absolue en ce que je fais donc j’ai une totale liberté sur ces réseaux.

 

Quelle ligne éditoriale mets-tu en place pour ces festivals ?

Si on prend l’exemple du Printemps de Bourges qui a un public très large (puisqu’il vient autant voir Véronique Sanson que Bigflo & Oli), sur Facebook on aura un ton beaucoup plus formel tout en étant axé festif puisqu’il faut parler à tous les publics alors qu’on est beaucoup plus familier sur Snapchat ou Instagram où je prends soin de répondre à tout le monde. J’aime bien cette proximité. Même sur Twitter on aura un ton plus décalé avec des RT de twittos lambdas en plus des posts un peu plus classiques de relai de programmation.

Il ne faut pas oublier que le but c’est quand même de convertir les gens donc on va mettre la billetterie en avant d’une certaine façon, donner des infos pratiques, créer une excitation autour de l’événement. On essaye également de segmenter la communauté en publiant des playlists personnalisées par styles de musique ou encore des souvenirs (vidéos de l’an passé).

 

Est-ce que tu publies la même chose sur Snapchat et Instagram (qui ont tous les deux le format stories) ?

Lorsqu’il s’agit d’annonces à relayer je publie la même chose sur les différents réseaux sociaux par contre pour le reste je personnalise beaucoup en fonction des utilisations qui sont différentes entre Snapchat et Insta. Le gros des publications se situe sur les stories (moins de publications d’images dans le feed instagram).

 

Quelles animations fais-tu spécifiquement sur Snapchat et que tu ne peux pas faire sur les autres réseaux sociaux ?

Là où j’avais posté sur Twitter et Facebook le teaser vidéo de l’annonce du programme, sur Snap et insta j’ai plutôt fait une story de 10 secondes par artiste avec la diffusion de clips. Le but étant aussi de capter le public sur une programmation qu’ils ne peuvent pas forcément connaître entièrement et les attirer sur d’autres spectacles. Je fais aussi beaucoup d’actualités, je peux poster une capture vidéo de 10 secondes pour une utilisation 24h sans problème de droits d’auteur. Après je fais la distinction entre les styles de musiques : pour Snapchat c’est surtout hip hop et un peu d’électro alors que sur Insta c’est très rock et électro et un peu plus grand public. J’organise également des concours. Là par exemple je viens de lancer un concours sur Insta car j’ai regroupé les stories de chaque artiste par jour de festival en les mettant à la une (pour que tout le programme apparaisse à la une) et j’ai demandé à la communauté de regarder ces stories, de screenshoter l’artiste qu’ils attendent le plus et de poster l’image dans leur story avec la mention @printempsdb pour tenter de remporter une place pour le concert de leur choix.

D’ailleurs en ce moment je tente de ramener toute notre communauté vers Snapchat et Instagram suite au déclin de Facebook et de son reach.

Sinon on prévoit d’utiliser les géofilters pour Panoramas et pour le Printemps de Bourges mais on n’utilise pas les lunettes Spectacles pour le moment.

A venir également au mois de mars, on a prévu un blind-test sur le compte du Printemps.

 

As-tu un budget pour sponsoriser des publications ?

De fin novembre à avril je dispose de 1000€ pour promouvoir des publications comme je le souhaite à quoi s’ajoute un budget concours variable.

 

Et pour l’animation pendant les jours du festival, qu’est-ce que tu fais ?

Beaucoup de backstage, tout ce que les gens ne peuvent pas voir. Le but c’est d’attirer notre public sur les applications et il n’est pas utile de leur montrer les concerts alors qu’ils sont en train d’y assister. L’idée c’est de montrer ce qu’il se passe derrière et d’aller voir les artistes. D’autant plus que la plupart des artistes jouent vraiment le jeu et acceptent d’être interviewés en coulisse (tant que je ne pénètre pas dans leur intimité ou dans leur loge sans accord), surtout les jeunes qui sont déjà sensibilisés aux enjeux des réseaux sociaux.

 

Quels sont les avantages et les inconvénients de Snapchat selon toi ?

Le gros avantage c’est qu’il n’y a pas d’algorithme qui trie d’une façon ou d’une autre, c’est entièrement organique ce qui est très pratique car on sait qu’on sera vus par 95% de nos abonnés. Le gros inconvénient c’est que ce n’est pas purement « social » comme réseau,  j’entends par là qu’il n’est pas basé sur la communauté mais sur l’utilisateur et on n’a pas accès a beaucoup de stats ce qui est gênant (pas même le nombre d’abonnés) [l’interview a été réalisée avant le déploiement du redesign].

 

Quelle est la taille de la communauté et les retours que tu obtiens sur Snapchat ?

La communauté du Printemps de Bourges est de 3500 personnes sur Snapchat avec un engagement bien meilleur que sur Instagram où on a une communauté de 8000 abonnés (on fait entre 2800 et 3200 vues sur chacun des 2 réseaux). Je reçois également beaucoup de messages, ils m’envoient des snaps même à 3h du mat quand ils sont bourrés c’est assez marrant, d’ailleurs je leur réponds donc ils se sentent bêtes après c’est très drôle.

 

Quels sont les comptes qui t’inspirent sur Snap ?

Je ne suis pas vraiment de comptes de marque mais plutôt des médias type Konbini et je m’inspire plus de l’aspect visuel et des animations faites avec After Effects. D’autant plus qu’il y a encore très peu de festivals sur Snapchat (français notamment).

 

Quelles sont tes astuces pour faire screenshoter ou engager sur Snap ?

Je ne pousse pas encore énormément à l’engagement. Je vais surement faire un concours assez semblable à celui que je viens de lancer sur Insta ou on va pousser au screen justement pour la participation mais pour le moment j’essaye vraiment de me baser sur Instagram qui est le réseau social sur lequel nous souhaitons insister d’autant plus que le compte Snapchat a été créé il n’y a pas longtemps et qu’une plus grande partie de notre public est susceptible d’être sur Instagram plutôt que Snapchat. Je préfère pour le moment tester mes idées sur Instagram avant de les décliner sur Snapchat.

 

Comment tes clients voient-ils Snapchat, quel intérêt ils y trouvent ?

Ils ne comprennent pas l’utilisation de Snapchat (ils ne s’en cachent pas d’ailleurs) ils trouvent l’appli peu fluide mais ne sont pas la cible car ce n’est pas destiné à des plus de 30 ans. Mais ils savent que c’est un réseau social très utilisé par les jeunes et se sont dit que c’était nécessaire de créer un compte pour le Printemps de Bourges, on a d’ailleurs dévoilé l’artiste Damso en exclusivité sur Snapchat ce qui nous a permis d’avoir 2000 abonnés en 24h.

 

En terme d’objectifs, quels sont ceux fixés par le client pour les festivals ?

En plus d’un objectif de vente, on va avoir un objectif de notoriété (avec un objectif de 11 000 abonnés sur insta et entre 5 et 6 000 sur snapchat). Le but général étant de faire transmettre l’expérience du festival et montrer ce que représente le Printemps de Bourges dans un sens vraiment très large mais toujours pour convertir les gens bien sûr.

 

Quel avenir pour Snapchat ?

Il est très difficile d’imaginer l’avenir car il y a des changements vraiment massifs constamment sur tous les réseaux sociaux.  Il est déjà compliqué de les suivre au fur et à mesure et encore plus d’en imaginer l’avenir. Mais je suis sûr que Snapchat va rester sur une communauté extrêmement jeune ce qui limitera toujours son utilisation. Je ne pourrai jamais aller dessus avec certains festivals parce qu’il y aura seulement 10% du public qui sera intéressé par Snapchat. La place de la publicité qui va augmenter me fait un peu peur (mais je pense qu’on n’a pas le choix) car de plus en plus de marques vont se tourner vers ce réseau social pour interagir avec une communauté plus jeune.

 

 

Merci Maxime d’avoir répondu à ces quelques questions.

 

Vous pouvez suivre Le Printemps de Bourges sur Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat.