Je suis tombée hier sur un article fort intéressant des Echos au sujet de la nouvelle campagne de communication Perrier dédiée aux millennials qui comportait un passage sur le « Moment Marketing » et qui m’a amené à vous proposer une réflexion autour de Snapchat. Et si Snapchat offrait en effet la meilleure réponse à ce besoin de toucher sa cible au bon moment ?

 

Voici un extrait de cet article des Echos:

 


Moment marketing
Moment, le mot est lâché. Sans vraiment l’avouer, il renvoie au nouveau concept diffusé ces derniers mois, celui d’un « moment marketing ». Soit l’instant « t », où il est malin et pertinent pour une marque d’envoyer le bon message dans le bon contexte à la bonne personne.

Heineken a mis en place une segmentation « moments de vie », exactement comme Pernod Ricard a restructuré son marketing en fonction des moments (voire des micromoments) de consommation (apéritif, repas, occasions sociales, petites envies nocturnes…). De son côté, Johnson & Johnson a décidé de toucher les mamans de bébés une fois que ceux-ci sont couchés (via une tablette).

 

On est donc face à un défi majeur, celui d’arriver à toucher sa cible au bon moment afin de bénéficier de toute son attention. Car on le sait bien, les internautes sont saturés de messages publicitaires et la bataille de l’attention fait toujours autant rage, y compris sur le digital. Mais la bonne nouvelle c’est qu’il existe une réponse toute trouvée : la data. La mauvaise nouvelle par contre (qui n’est pas mentionnée dans cet article), c’est qu’elle est chère et difficile à exploiter. Voici ce que dit la suite de l’article :

 

En apparence, rien que de très cohérent. Depuis que le commerce existe, ses acteurs ont toujours essayé d’aborder le client au moment le plus adéquat. Sauf que… les innovations digitales, les avancées technologiques et l’accès à des données ultra-précises permettent effectivement une activation en temps réel. Et donc un ciblage « ultra-pointu », pour reprendre le jargon marketing.
Soit, très exactement, ce que font ces six vidéos signées Perrier, plutôt comiques et habiles dans leur manière de jouer la carte de l’autodérision. Destinées à des Millennials en mode « pause », elles mettent en scène des héros coincés, à chaque fois, dans des situations assommantes. Qui, dans une réunion de bureau, qui, dans une file, qui sur le quai d’un métro dans l’attente d’un train salvateur. Une gorgée de Perrier et les situations les plus extravagantes se succèdent, dans un registre plus LOL, moins suggestif et décalé que celui emprunté pendant des années par Perrier.

Ces moments de pause, sont justement les moments où les mobinautes vont aller sur les réseaux sociaux ou sur leurs sites favoris. C’est donc tout naturellement que les millennials vont aller regarder leurs stories sur Snapchat, et ça, vous n’avez pas besoin de data pour le savoir. Ils iront se servir tout seuls, au meilleur moment qui soit.
Snapchat c’est donc la réponse idéale au problème que tente de résoudre le Moment Marketing. Et c’est un énorme pied de nez que lui fait le réseau au petit fantome car, là où tout le monde cherche à utiliser toute la data possible pour déterminer le meilleur moment pour toucher ses cibles, c’est finalement le réseau social qui offre le moins de metrics qui a la meilleure réponse !

Oui à l’éphémèrité (même si ce mot n’existe pas) !
Malgré un message qui ne reste visible qu’une journée, l’utilisateur de Snapchat a tout de même 24h pour trouver le moment idéal où il aura le temps et l’envie de prendre connaissance de cette story. Et quand on dit « visible », on veut dire réellement visible.
Car ici, pas d’algorithmes ou de feed engorgé de publications, la solution est simple et connue de tous pour apparaître tout en haut des stories, il suffit d’être celui qui l’a postée le plus récemment. En scindant donc sa prise de parole en différentes petites stories et en les uploadant 2 ou 3 fois par jour, la marque s’assure une bonne visibilité, et ce, sans payer ! De plus les utilisateurs de Snapchat ont pour habitude de posséder une « petite » communauté sur ce réseau social, l’écran ou se situent les stories n’est pas donc saturé.

Le plus étonnant dans tout ça, c’est que dans l’esprit de la majorité des annonceurs, l’aspect éphémère de Snapchat rend leur message difficile à transmettre. Mais c’est une erreur de croire qu’un message qui ne dure pas est un message qui ne passe pas et donc que l’on dépense de l’argent pour rien dans la création d’un contenu éphémère. Au contraire, le message passe, car il est diffusé au bon moment, sans être imposé.

A retenir :
Snapchat permet, juste avec l’utilisation d’un compte (donc sans payer de la publicité) de toucher sa cible au bon moment, puisque c’est l’utilisateur qui viendra consulter les stories au moment choisit donc où il est le plus réceptif. Ceci grâce :
– À un nombre restreint de comptes suivis par utilisateur qui évite la saturation du feed
– A la facilité avec laquelle une story peut apparaître tout en haut du feed (c’est tout simplement la plus récente qui apparaît)
– À l’absence d’algorithme qui compliquerait l’accessibilité à votre story ou vous obligerait à payer

Le moment marketing, c’est déjà 50% du chemin, à vous de faire les 50% restant en proposant du contenu attractif et pertinent dans vos stories. Pour cela, je vous invite à suivre ce blog qui donne de nombreux conseils à ce sujet ou à vous inscrire à la newsletter pour recevoir toutes les infos directement dans votre boite mail.

 

 

🙂 Happy snapping 🙂